L’histoire du krama cambodgien

fond boutique krama 2

Qu’est-ce qu’un Krama ?

C’est une étoffe typique du Cambodge. Elle se constitue de coton en général aux couleurs rouge et blanche. Le krama du Cambodge le plus répandu s’apparente à celui des paysans en coton blanc quadrillé d’une couleur primaire noir bleu ou rouge. Le krama habille la culture khmère profondément imprégnée de bouddhisme. En coton ou en soie, le krama fait corps avec l’histoire du Cambodge et de la cité d’Angkor.

L’origine du krama: l’influence d’Angkor

La création du premier krama remonterait à la civilisation angkorienne sous l’empire khmer de jadis. En effet, l’influence des brahmanes et intellectuels des hautes castes d’inde marque l’héritage khmer. Aujourd’hui, la cité d’Angkor constitue un des sites touristiques les plus célèbres.

Angkot Wat, Cambodge (étole Silkhmer en premier plan)

Soie khmère ou chinoise ?

 Contrairement à une idée répandue, la Chine est loin d’être le seul pays à travailler et à confectionner le précieux tissu. Lee fermes à soie au Cambodge existent depuis plus de 13 siècles et les artisans d’Angkor perpétuent l’art du tissage de l’étoffe et du krama tels que portés autrefois par les nymphes et les rois.

Les techniques de tissage se sont perfectionnées au fil des siècles. Elles ont ainsi permis la confection de kramas plus amples et des étoles en soie ornées de motifs en forme de fleur ou de diamant évoquant ceux des apsaras.(figure de nymphe que l’on retrouve omniprésente dans la culture khmère et dans les bas-reliefs des temples). Ces techniques permettent d’obtenir ces reflets uniques et cet effet relief que vous pouvez retrouver sur nos étoles.

Comment le krama est-il confectionné ?

 Le krama se confectionne en superposant de nombreux fils de couleur différente. Chaque couleur s’obtient en trempant les fils dans 3 teintures différentes. La confection prend en moyenne de 8 à 10 heures de travail.

Le marqueur social du Krama au Cambodge

Le krama d’origine, blanc et rouge, se destinait aux paysans et était en coton. Le choix de la matière constitue davantage un marqueur de statut social qu’un choix pratique. En effet, le krama en coton reflétait le statut de paysan tandis que les kramas en soie aux motifs plus élaborés se réservaient à l’élite sociale. Vous pouvez trouver un exemple de ces kramas avec nos étoles en soie.

De fait, ce marqueur social explique largement pourquoi, lors du conflit khmer rouge, le krama originel en coton, symbole des paysans, s’est fait l’emblème de cette révolution qui avait pour dessein de vider les villes et d’envoyer toute la population travailler aux champs.

Khmère au sein du temple d’Angkor Wat

Le krama depuis le régime de Pol Pot

L’utilisation du krama comme symbole des khmers rouges s’est fait ressentir sur la popularité de l’étoffe. Il a fallu du temps pour que les cambodgiens portent à nouveau fièrement ce tissu, symbole même du pays au-delà de ce conflit meurtrier. (Pour plus d’information, voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Khmers_rouges)

Aujourd’hui, le tissu dépasse mêmes les frontières du pays de par sa popularité. Le mode des chèches et autres tissus exotiques a permis au krama d’être découvert à l’international. Le Cambodge possède aujourd’hui une industrie textile de grande qualité et d’un savoir faire unique. Cela le différencie de fait des pays environnants, et notamment de la Chine qui n’a pas l’exclusivité des tissues précieux, et notamment de la soie.

Vous pouvez ainsi gouter à ce savoir faire et avoir un contact avec ce savoir-faire et ces tissus si uniques en vous rendant sur notre boutique.

Nos articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *